2008

 

Tout autour, la nature nous ravit. Les arbres, en particulier des chênes, des pins, du houx, tendent toutes leurs forces vers le ciel. Tous les tons de bruns, de roux, de beiges et de verts, s’associent dans un ballet chatoyant, orchestré par le Maître incontesté, délégué par Eole, pour jouer toute la gamme musicale. En effet, ça chante, ça chuchote, riant probablement de notre prétention à tout contrôler.

 

L’or blanc : aujourd’hui, la neige probablement, donnant naissance à divers sports. Hier la glace, l’eau transformée en glace, permettant la conservation des aliments. A quel prix ? Imagination, création, et labeur sans relâche.

Nous devons tant à nos aïeux !

Eh oui, la neige est bien là ! Et le soleil aussi ! et Mistral aussi !

Partons donc à la «rencontre» de ces génies qui ont imaginé l’ancêtre du congélateur.

Mazaugues au pied du versant septentrional de la Sainte-Baume, a été le haut lieu de fourniture de la glace entre 1650 et 1900. La Glacière de Pivaut, restaurée dans les années 1990, fait partie des 17 exemplaires approvisionnant les villes de Toulon et de Marseille. Ci-dessous, les amis flâneurs congelés.

Mais il est l’heure de nous substanter, et Marie-Thérèse est allée charmer un responsable de l’abbaye afin qu’il nous permette de déguster notre pique-nique à l’abri du froid. Réussi, Merci...

En avance, nous allons à l’hôtellerie et un café gourmand, juste dosé, accompagné de friandises, miam !


"Il faut méditer sur ce qui procure le bonheur, puisque, lui présent, nous avons tout, et lui absent, nous faisons tout pour l'avoir." Epicure"


Il est temps de partir vers Mazaugues où le Musée de la glace nous sera conté, avec compétence par une charmante dame.


Page suivante ...

Est-ce un «boa» ? Le tronc magnifique d’un pin, si haut, si haut !


Ci-dessous, sur la gauche, une sorte de«moucheron». Que sommes-nous, comparé à cette majesté ?